Trail / Choisir sa chaussure en fonction du drop

Drop, course naturelle, des concepts parfois confus. Benoît Nave, ostéopathe, vous « décortique » cela et vous guide dans le choix de la chaussure idéale : celle qui, d'un point de vue physiologique, n'engendrera pas de problèmes mécaniques dans votre corps.

Par Benoît Nave, ostéopathe du team trail Asics. Photos : Brooks.

Pour comprendre les histoires de drop, il faut en premier lieu expliquer ce qu'est la « course naturelle ». Il s'agit de visionner ce que serait la foulée d'un coureur, quel qu'il soit, courant pieds nus, sur de l'herbe ou du sable dur, ou toute autre surface suffisamment stable mais non traumatisante. La « course naturelle » est celle qui reste la plus économique pour lui, car la plus adaptée à son schéma biomécanique, à sa posture. Rien n'est venu perturber sa façon de poser le pied, ni l'ajout de poids à ses pieds ou ni l'ajout de semelles.

decryptage-trail-drop-brooks-1

Partant de ce qu'est cette foulée, cette « course naturelle », il semble pertinent de vouloir obtenir le même geste une fois chaussé, non ? Il s'agit d'être chaussé de la manière la moins perturbante possible, au plus près du pied, sans modifier si possible les zones de contact, le déroulé, la façon de propulser, que l'on observe lors de la course naturelle. C'est possible lorsqu'il n'y a pas beaucoup de différence de hauteur entre l'arrière et l'avant de la chaussure. Donc pas de « drop » (« chute » en anglais, soit une perte de hauteur entre le talon et l'avant-pied).

La notion de drop intervient dès que l'on veut évoquer la différence de hauteur entre la partie arrière de la semelle, au niveau du talon, et la partie avant de la chaussure, au niveau des métatarsiens. Les fabricants n'ont eu de cesse de nous vanter l'avantage de ses systèmes, censés nous protéger de tous les maux causés par les chocs subis en courant. Et pourtant... Avec une chaussure classique, au « drop » de 11 à 12 mm, il est quasiment impossible de courir de façon naturelle ! L'attaque de la foulée se fait par le talon, le pied en avant du bassin, la jambe quasiment tendue, contrecarrant la progression. Alors que dans la course naturelle, l'attaque se fait presque toujours avec l'avant ou le milieu du pied, quasiment juste sous le bassin, avec un minimum de forces de freinage.

decryptage-trail-drop-brooks-2

Lorsque la foulée est attaquée par le talon, les chocs encaissés par le corps sont énormes car il n'y aucune structure capable de les encaisser dans cette zone. Alors que l'attaque par le milieu ou l'avant-pied est amortie par une surface bien plus importante et très élastique, l'aponévrose plantaire. Pour vous en convaincre, sautez donc sur place, à pieds joints, pieds nus. Une fois naturellement, puis une autre fois en cherchant à atterrir sur les talons. Vous verrez, c'est édifiant !

Une chaussure à drop important (au-delà de 6-7 mm) contrecarre complètement votre course naturelle. Une chaussure à drop faible (4 mm et moins) contrecarre bien moins, voire peu, votre course naturelle.

decryptage-trail-drop-brooks-3

Brooks

Selection

L'Hydratante de Mé Mé !!

L'Hydratante de Mé Mé !!

Mé-Mé, la marque 100% française et bio de boissons au thé Matcha revient avec une...

Nouvelle Asolo : BLADE A-Fast

Nouvelle Asolo : BLADE A-Fast

Gros coup de coeur pour cette nouvelle chaussure légère et confortable multi-activité aux  lignes dynamiques...

La PEDROC 2 SUPERLIGHT DE SALEWA

La PEDROC 2 SUPERLIGHT DE SALEWA

120 grammes de technicité pour une veste déperlante, compacte et coupe-vent aux tissus certifiés bluesign®...

SALOMON XA ENDURO

SALOMON XA ENDURO

La XA Enduro vous invite à sortir des sentiers battus pour créeer vos propres itinéraires...

LA RUNOUT GV D'ASOLO

LA RUNOUT GV D'ASOLO

Pour l’approche ou la via ferrata, ASOLO complète sa gamme cet été avec la Runout...

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Notre magazine / Abonnements

 

ESCAPE 62 Couv

Abonnez-vous à notre magazine
100% dédié à l'univers ski et outdoor

Nos partenaires

 

ekosport logo