FREE TOURING AN I

Par Laurent Molitor et Nolwenn Patrigeon

Free Touring An I / On a testé pour vous !

3 skieurs aux profils différents racontent à visage découvert ce qui les a poussé à franchir le pas vers la freerando.

Restés de glace face à la rando sauce ‘collant-pipette’, ces skieurs aimant avant tout descendre n’ont en revanche pas résisté à l’appel du large. Gilles 52 ans, snowboarder de la première heure ; Nicolas 45 ans, ex snowboarder reconvertit au ski, dirige un ski shop en station, et Hervé 35 ans fort skieur tendance Freestyle malgré les années Ski Club, témoignent de leur premier contact avec une autre vision du ski.

decryptage1

… Pour être peinard !

Lorsque l’on habite en station depuis 25 ans comme Gilles, avoir son matériel de freerando permet de profiter du domaine et de la neige même pendant les grosses périodes d’affluence ! « On part le matin, on prend une ou deux remontées, puis en quelques enjambées, on est tout seul. » On retrouve 'Sa' montagne, l’ambiance sauvage, naturelle et calme qui la caractérise… « Un moyen simple de s’évader quelques heures » Pour Gilles : « avec du matériel de freerando, le domaine est comme agrandit ». Le rapport aux remontées mécaniques s'en retrouve modifié. Ainsi le printemps venu, Hervé, néo-freerandoneur trentenaire se souvient « d’une session plutôt sympathique le 12 mai dernier, alors qu’il était tombé 30 cm de poudreuse et que la station était fermée. Une petite montée plus tard, c’est une grande pente vierge qui s’offrait à moi et mes potes… C’était parfait. Bon, j’ai eu mal aux mollets pendant trois jours, mais ça valait le coup ! ».

… Pour le confort !

Des skis à moins d’1.5 kg, des fixations hyper-light et des chaussures dans lesquelles tu n’as plus l’impression d’être pris dans des étaux… Il n’y a pas à dire, ce vent de légèreté fait du bien au monde du ski en général. Pour Nicolas, « cela fait un bien fou, je me souviens que la sensation d’être pris au piège dans les chaussures, c’est ce qui m’a dérangé le plus quand je me suis mis au ski. Avec les chaussures typées freerando, je me sens beaucoup plus à l’aise, finie l’impression d’avoir des enclumes aux pieds ! Et au final, c'est moins traumatisant... Avec ce type de matériel plus léger, je n’ai pas mal aux genoux ». Le free randonneur est donc bien dans ses pompes et allégé. « lorsque l’on y a gouté, on ne veut plus changer, c’est trop léger, tu peux marcher partout avec sans glisser sur les rochers, les chaussures de ski traditionnelles ont du soucis à se faire ! » avoue Nicolas.

…Pour tout faire avec le même matériel !

Moins de contraintes, moins chargé, le skieur d’aujourd’hui pourrait presque rouler en Smart. « Ce qui me plaît en particulier, c’est qu’il est désormais possible de n’avoir qu’une paire de skis, de fixs et de chaussures pour toute la saison. Peu importent les conditions, peu importe le programme, j’ai le matos qu’il faut et ça : c’est top. Je laisse les peaux dans une poche du sac à dos, ça ne pèse rien, et là je peux improviser ! » lance Gilles. Désormais, avec ce genre de matériel, on peut très bien se faire des pentes raides dans des couloirs engagés, une petite rando entre midi et deux, un Chamonix-Zermatt ou du ski bar aux 3 Vallées. « Et ça c'est top ! »

decryptage3

Un gros stop aux skis de freerando : le prix !

« Pour bien s'équiper il faut lâcher l'équivalent d'un Smic » constate amèrement Hervé, « forcément cela refroidi ». Avec des fixations à 500€, des skis à 600€ et des chaussures à 400€ en moyenne, la qualité se paye chère et l'investissement n'est pas à la portée du plus grand nombre. Quant à la location, Nicolas constate que le prix est 2,5 fois plus cher que pour un kit Freeride ! « Il va falloir le temps que cela rentre dans les mœurs et que les prix baissent » confie le directeur de magasin.

Photos : Scalp

Free Touring An I / L’Analyse après Tests

decryptage5

2016 sera donc l’hiver du Free Touring. Une discipline ‘nouvelle’, et recouvrant une palette de skis assez large. D’une part parce que les fabricants, pour la plupart, cherchent encore leurs marques ou leur cible, d’autre part parce qu’un ski Free Touring pour un Freerider –celui qui nous intéresse- ne sera pas celui que choisira un randonneur… Comment s’y retrouver dans un univers où les marques markettent sans distinction tout ce qui est plus ou moins light du label Freerandonnée. Pour nous (et pour Boris, merci !), la limite, à défaut d’être claire sur les catalogues, est évidente sur la neige. Les skis de rando larges, la version freerandonnée des ‘collants pipettes’ se doit toujours avant tout d’être un ski… de randonnée ! Lapalissade ? Pas tout à fait, au regard de la confusion qui règne dans les discours des marques comme ceux des magazines plus ou moins spécialisés. Et un ski de randonnée, reste, quoi qu’il lui arrive en termes de largeur ou qu’on le dote d’un rocker, reste un moyen de locomotion. Un outil pour se déplacer en montagne, comme on le ferait par exemple l’été sur un VTT à cadre rigide. On monte autant qu’on descend, les plats et longues traversées font partie du jeu, ce qui impose donc quelques limites en termes de poids et surtout de largeur. Traverser des centaines de mètres sur le dur dans la pente avec un ski de plus 95 mm au patin devient très aléatoire, quand on a aux pieds… des chaussures de rando ! Un ski de Free Touring, vu de notre côté de la montagne, se doit de rester avant tout… Un ski ! À savoir non plus un moyen de locomotion, mais un engin de glisse, fait pour prendre du plaisir à la descente. À l’instar de ce que l’on ferait l’été sur un vélo Enduro, plus léger et versatile qu’un pur vélo de downhill, les traversées et montées se doivent d’être les plus courtes possibles et ne sont que prétextes à plus de glisse, de ‘dénivelé négatif’ comme diraient les randonneurs. Moins de limites en termes de shapes et de largeurs, vu qu’on a aux pieds les chaussures adaptées en terme de rigidité aussi bien latérale qu’antéro postérieure pour tenir ces skis à la descente. Des chaussures certes à collier débrayables et à inserts, mais avec moins de débattement et moins de légèreté, pour plus de tenue à la descente. Gaffe donc à ne pas vous tromper si l’aventure hors des pistes à la force du mollet vous tente. Des propos parfaitement illustrés dans cette sélection Free Touring 2016 en ligne cette fin de semaine où s’est glissé parmi les 8 modèles un ski de Freerandonnée clairement version ‘collant pipettes’ (le Blizzard Zero G 95, le plus léger de tous). Dans la même gamme de largeur que les autres, son comportement à la montée comme à la descente est radicalement différent de celui des autres modèles. CDFD.

decryptage4

Reste à vous y retrouver dans les catalogues, lire entre les lignes pour découvrir le bon engin de glisse. Cette première série de tests Freerando est là pour vous aider à trouver celui qui vous permettra pour certains de ne faire que quelques approches très courtes, pour d’autres d’envisager 800 m ou plus de ‘dénivelé positif’ comme ils disent, tout en restant cependant de ‘vrais skis’ à la descente… du moins si on adapte son style. Et puis, tout au bout du curseur, il y a donc le Blizzard Zero G, avec lequel les portes du backcountry s’ouvrent en grand, pour des randonnées d’envergures de plusieurs jours. Bonne glisse, ou bonne balade, selon vos envies, mais une choses est sûre, en 2016, quelle qu’elles soient, elles ont un outil de glisse et de plaisir à leur disposition pour être assouvies. En espérant donc que le père Noël soit généreux avec vous cette année !

PS : Les skis ‘Freerando’, pour randonneurs cette fois, sont à retrouver dans la partie TOURING sur lebontest.fr, tout comme les modèles ‘rando traditionnels’ de l’hiver.

Selection

L'Hydratante de Mé Mé !!

L'Hydratante de Mé Mé !!

Mé-Mé, la marque 100% française et bio de boissons au thé Matcha revient avec une...

Nouvelle Asolo : BLADE A-Fast

Nouvelle Asolo : BLADE A-Fast

Gros coup de coeur pour cette nouvelle chaussure légère et confortable multi-activité aux  lignes dynamiques...

La PEDROC 2 SUPERLIGHT DE SALEWA

La PEDROC 2 SUPERLIGHT DE SALEWA

120 grammes de technicité pour une veste déperlante, compacte et coupe-vent aux tissus certifiés bluesign®...

SALOMON XA ENDURO

SALOMON XA ENDURO

La XA Enduro vous invite à sortir des sentiers battus pour créeer vos propres itinéraires...

LA RUNOUT GV D'ASOLO

LA RUNOUT GV D'ASOLO

Pour l’approche ou la via ferrata, ASOLO complète sa gamme cet été avec la Runout...

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Notre magazine / Abonnements

 

ESCAPE 62 Couv

Abonnez-vous à notre magazine
100% dédié à l'univers ski et outdoor

Nos partenaires

 

ekosport logo